Archive for the ‘Francés’ Category

L'amour

20 febrero, 2009

AMOUR

Combien de visages a-t-il l’amour?

Comment est-elle la fin de l’amour?

L’amour a des limites?

L’amour a de la forme?

Si tu veux touver la réponse à ces questions, tu dois frapper à ses portes…

La violence machiste

20 febrero, 2009

LA VIOLENCE MACHISTE

Nous ne comprenons pas comment dans la société actuelle, nous assistons à ces lamentables épisodes de violence. Nous habitons dans une société supposée être libérale où l’égalité entre hommes et femmes devrait être la norme. Pourtant, ce n’est pas le cas. Ta voisine, ton amie, ta collègue de tavail peut être victime de la violence machiste alors que nous ne le savons pas ou nous ne voulons pas le savoir.

Les femmes souffrent des conséquences physiques, mais on ne doit pas oublier les conséquences psychologiques qui détruisent l’intérieur de la femme peu à peu. Il faudrait penser si ça C’EST RÉELLEMENT DE L’AMOUR?????

Nous voulons témoigner de notre plus profonde répulsion contre la violence avec cette petite vidéo que nous avons faite.

Je ne peux pas te sentir

13 febrero, 2009

[Nous nous formons pendant des jours, des semaines, des mois dans le ventre de nos mères, elles nous protègent du mal et des injustices du monde. Mais maintenant, nous vivons dans un époque où ni les mères peuvent nous sauver…]

Il était une fois un jeune garçon qui n’avait pas de famille, seulement une vieille tante qui l’ a accueilli quand ses parents ont disparu. Avec cette dame habitait une jeune fille: elle était brune, la peau blanche et les yeux verts, elle avait toujours un air sérieux mais elle était très travailleuse, elle passait ses journées à aider la vieille dame. Elle s’appelait Sachi. Notre jeune homme s’appelait Teiji et il était un homme courant, il n’était ni beau ni laid; c’était un homme qui passait inaperçu; il était très agréable, il parlait beaucoup et il disait toujours ce qu’il pensait mais il avait un secret: l’énorme amour qu’il ressentait pour Sachi. Depuis qu’il est allé vivre avec sa tante il a posé ses yeux sur elle, quand il la regardait il sentait comme si des papillons volaient dans son ventre, quand il jouait du piano, il le faisait pour elle; il écrivait des chansons pour lui inspirer de l’amour. Un jour, la tante a remarqué la conduite de son neveu, elle a vu la façon dont il écrivait les chansons, dont il jouait du piano, dont il la regardait. Des semaines après, la tante a appellé le jeune garcon elle l’a averti de ne pas continuer à faire tout ce qu’il faisait, quand le jeune lui a demandé la raison, sa tante lui a dit que rien n’était ce qu’il semblait. Teiji a pensé à ce sujet pendant des jours, des semaines, mais il ne comprennait pas pourquoi sa tante lui avait dit cela. Après ces longues semaines de réflexion, Sachi s’est approchée de lui, et elle lui a demandé s’il pouvait jouer du piano pendant qu’elle faisait son travail; Teiji heureux et surpris à la fois à commencer à jouer. Quand le jeune a finit, elle lui a dit que sa composition était bien structurée et très mélodique; et elle est partie pour finir ses affaires. Teiji croyait être l’homme le plus heureux du monde, pour lui c’était la première fois qu’il écoutait parler à Sachi; après cette demande, Teiji jouait du piano tous les jours pour elle, il lui faisait des nouvelles chançons chaque jour et il l’accompagnait quand elle fasait les courses, quand elle devait sortir… Teiji était chaque jour plus content et amoureux, il ne voyait aucun défaut chez Sachi, pour lui elle était unique, parfaite. Des mois se sont écoulés, il a commencé à lui dire qu’elle l’aimait, chaque fois que Teiji lui disait cela, Sachi le regardait mais elle ne disait rien, elle restait muette, avec son visage parfait, blanc comme la neige et ses yeux verts qui le regardaient mais qui ne le voyaient pas. Teiji se posait toujours la même question, il voulait savoir… Il voulait savoir pourquoi elle ne répondait pas. Il voulait savoir pourquoi elle n’ouvrait pas son coeur et elle lui disait qu’elle l’aimait. Un jour avec tout son courage il s’est approché d’elle et il lui a posé la question la plus difficile de toute sa vie; soit il pouvait tomber amoureux d’elle pour toujours ou au contraire son coeur se briserait à jamais. Teiji lui a demandé: “Tu m’aimes?”. Sachi, à son tour,l’a regardé et elle lui a dit: “Je ne peux pas te répondre, je ne peux pas te sentir, comment est-ce que tu veux que je t’aime?”. Teiji ne comprenait pas la réponse et il lui a demandé à nouveau: “Tu m’aimes?”. Sachi l’a regardé encore et il a dit une autre fois: “Je ne peux pas te sentir”. Teiji continuait à ne rien comprendre, sa tante s’est approché de Sachi et elle lui a dit: “Elle n’est pas comme nous, elle ne pourra jamais ni te sentir ni t’aimer. Tu devrais savoir que dans les années qui courent peu de jeunes filles vivraient avec une vieille dame comme moi, tu aurais dû t’en apercevoir que Sachi n’est pas comme tu crois, elle ne peut pas vieillir, elle ne peut pas sentir, elle existe pour faire ce que je veux parce qu’elle est un robot, et elle ne pourra jamais t’aimer”.

[…Il y a longtemps que les humains nous ne sommes pas les seuls à être dans le monde, les robots nous aident, en apparence ils sont comme nous; mais leurs yeux est l’unique partie de leurs corps qui n’est pas comme les yeux humains, ils peuvent te regarder mais ils ne pourront jamais exprimer des sentiments comme l’amour.]

Cristina Morales Gómez

2º Bachillerato

Le chaperon rouge

13 febrero, 2009

Le Petit Chaperon Rouge

Il était une fois… une jeune fille qui s’appelait Chaperon Rouge.

Sa mère lui a dit. chaperon2

MÈRE: Ta grand mère est malade, prends ce panier et va chez elle pour le lui porter.

C.ROUGE: oh! Oui d’accord! Ça me fait una ballade!

Chaperon Rouge portait dans son panier du beurre,de la confiture, du lait, du miel, du pain et des sucrèries.Quand le Chaperon Rouge se promenait dans la fôret elle a vu le loup.lobo-y-chaperon1

LOUP: Bonjour! Chaperon Rouge. Où est-ce que tu vas?

C.ROUGE: Je vais chez ma grand-mère.

LOUP: Prends ce chemin qui est le plus court et prends un bouquet pour ta grand-mère.

Mais… ce chemin n’était pas le plus court mais le plus long. Le loup est arrivé chez la grand-mère en premier et il a frappè à la porte.

Grand-Mère: oh, Chaperon Rouge! La porte est ouverte.

Dès qu’il a vu la grand-mère il l’a avalée.Le loup s’est couché dans son lit.lobo-y-abuela

Chaperon Rouge est arrivée après. Elle était très fatiguèe parce qu’elle a pris le chemin le plus long. La fille est rentrée dans la maison.

C.ROUGE: mamie, mamie! Pourquoi est-ce que tu as de si grands oreilles?

LOUP: c’est pour mieux t’entendre.

C.ROUGE: mamie, mamie! Pourquoi est-ce que tu as de si grands yeux?

LOUP: c’est pour mieux te regarder.

C.ROUGE: mamie, mamie! Pourquoi est-ce que tu as un si grand nez?

LOUP: c’est pour mieux te sentir.

C.ROUGE: mamie, mamie! Pourquoi est-ce que tu as une si grande bouche?

LOUP: c’est pour mieux te manger.

Le loup a mangé Chaperon rouge d’un trait et il a fait la sieste.Alors un chasseur qui passait par là a entendu le ronflement du loup, tout entonné il a vu que le loup dormait dans le lit de la grand-mère.

Après le chasseur a amené le loup jusqu’à la rivière.

CHASSEUR: le loup est très gros et très lourd.

Il a ouvert le ventre du loup et elles sont sorties toutes contentes.

Le chasseur a pris des pièrres et les a mises à leur place.

Ils ont vécu heureux et ils ont mangé des perdrix

todo

Vero, Juan Luis, Jose, Leo, Diego Marta, Vicky,María (2º bachillerato)

Je t'aime, je t'aime… Je t'haïs!

13 febrero, 2009

23

Une femme sur cinq a subi de la violence physique ou sexuelle dans sa vie de couple.

Deux femmes sur cinq ont connu de la violence phychologique.

Certaines femmes sont atteintes directement dans leur intégrité physique, sexuelle et physique. Elles sont humiliées, insultées, contraintes à l’isolemente, battues et violées. Bien souvent, l’agresseur n’est pas un inconnu. C’est leur mari, leur compagnon. Mais la violence ne commence pas avec les coups, comme on le croit souvent, mais bien avant, avec la violence phychologique; elle n’est pas aussi apparente que la violence physique.

La violence conjugale prend de nombreuses formes qui vont de l’humiliation à l’extrême brutalité physique. C’est un moyen utilisé par l’homme pour dominer sa compagne. Toutefois, les signaux d’alarme sont toujours plus ou moins les mêmes.

222

Alors il importe de reconnaïtre ces signaux pour prévenir ou stopper la violence quand il est encore temps. La violence a aussi des effets sur l’entourage, notamment sur les enfants qui peuvent être perturbés dans leur développement. Il arrive aussi parfois, plus rarement, que des hommes soient maltraités par des femmes.

En réalité, la violence conjugale concerne beaucoup de monde, on la trouve dans toutes les couches sociales et elle provoque souvent des blessures sévères. Il est souvent très difficile pour les femmes violentées de quitter leur agresseur.

Il est faux que la violence dans le couple ne concerne que peu de personnes. En réalité, au cours de sa vie, plus d’une femme sur cinq a subi de la violence physique ou sexuelle dans une relation de couple. Deux femmes sur cinq ont subi de la violence phychologique au cours de leur vie. Plus d’une femme connaît dans son entourage au moins une femme qui a été frappée au cours de sa vie par son mari ou ami.

Il faut dire que la violence contre les femmes touche des femmes, de toutes les cultures, de tous les âges et niveaux de formation et elle se manifeste aussi bien dans les villes qu’à la campagne.

Il est faux de dire que la violence est due à une perte momentanée de contrôle de l’homme et que l’alcool en soit la cause. La violence est un moyen pour contrôler et soumettre la femme.

La violence physique de l’homme contre la femmes, inclut les actes suivants: pousser, empoigner, bousculer, gifler, jeter un objet sur elle, donner un coup de pied, un coup de poing, mordre, battre, étrangler, menacer de mort, menacer ou blesser avec un couteau ou une arme de feu, etc…

violencia2qwfvck1Les femmes violentées ne peuvent pas facilement quitter leur agresseur. Des nombreuses difficultés empêchent les femmes de quitter un mari ou compagnon violent: elles ne savent pas où aller, elles n’ont pas d’argent, elles ont peur pour leur vie ou pour celle de leurs enfants, elles ont perdu toute confiance en elles et ne trouvent donc pas la force nécessaire pour s’en aller, etc…

La plupart des hommes qui se sont montrés violents avec leur couple promettent de changer. Pour prouver leur détermination, ils rapportent souvent des cadeaux à la maison. Et nombreuses sont les femmes qui veulent croire à leurs promesses de changement.

Mais l’homme fait pression sur la femmes, s’il n’obtient pas ce qu’il désire, il la menace physiquement ou sexuellement et après l’acte violent, l’homme demande pardon et promet un changement, mais après une phase de réconciliation, le cycle recommence.


Un chanteur peut-il faire promotion de la haine contre les femmes?

Les rappeurs n’ont pas inventé la violence, mais ils chantent des chansons avec des messages haineux contre les femmes, le rappeur Eminem a attiré un certain public et fait gonfler les caisses enregistreuses des marchands de disques. Lorsqu’il se donne un spectacle, Eminem soulève les foules en vociférenat: ”Ma chienne, je t’étranglerai la prochaine fois que je te f…”.

Dans Kim, Eminem menace de saigner sa femme. “You were supposed to love me, now bleed bith bleed.” (Tu devais m’aimer, alor saigne, salope, saigne). Si, dans les mêmes chansons, on avait remplacé le mot femmes par “juif” ou par “sale nègre”, la compagnie de disques aurait rapidement été forcée de se rétracter.

CONTRE LA VIOLENCE, TOLÉRANCE ZÉRO!

CRI CE QUE TU PENSES, CRI QUI TU ES, CRI TOUT CE QUE TU PEUX!

Cristina Morales Gómez

2º Bachillerato

Les Danseurs de Corde

13 febrero, 2009

pantallazo

“… Le mariage eut lieu le lendemain tant le prince était pressé d’épouser Cendrillon. Et comme dans tous les contes de fées, ils vécurent très long-temps et très heureux.” – Conclut la mère d’Angelo.

Les enfants étaient déjà endormis et…

Un moment ça ce n’est pas une manière de commencer une histoire… Une histoire semblable à celle de Cendrillon.

Voici l’histoire d’un jeune garçon qui vivait il y a longtemps en Italie. On l’appelait Angelo. Son père et sa mère parcouraient le pays avec un cheval et un charriot. Angelo accompagnait ses parents, avec ses frères aînés, qui étaient jumeaux, nommés Beppo et Benno; quant à son plus jeune frère, qui était encore petit, il se nommait Sandro. Toutes les affaires de la famille étaient rassemblés dans le chariot.

Quand on atteignait un village, la famille arrêtait le charriot sur la place et commençait à dresser une estrade. Le père d’Angelo et les grands frères construisaient l’estrade avec des planches et le reste de la famille les aidait en accrochant des rideaux et des banderoles.

pantallazo-1Ensuite, ils sortaient la malle qui contenait leurs vêtements et s’habillaient. Alors le spectacle pouvait commencer et les gens les regardaient depuis leurs fenêtres et la place. Le père d’Angelo battait le tambour, sa mère agitait son tambourin, les jumeaux faisaient des acrobaties et même Sandro participait au spectacle. Mais le moment le plus extraordinaire était quand Angelo dansait sur une corde raide.

Quand ils avaient terminé leurs chants et leurs danses, les membres de la famille allaient camper sous les arbres et ils dînaient. Comme ça, ils parcouraient l’Italie, de village en village.

Un jour, quand il sont arrivés à Senise et Angelo venait de terminer de danser sur sa corde, il vit une jeune fille.

Une jeune fille qui le regardait depuis un fenêtre, mais elle ne souriait pas, des larmes coulaient sur son visage.

– Bonjour! Comment tu t’appelles? Qu’est-ce qui se passe, pourquoi tu pleures? – lui demanda Angelo.

– Je voudrais être danseuse de corde et parcourir le pays comme toi.

La jeune fille lui raconta sa vie: elle n’avait ni père ni mère et elle vivait avec son oncle qui était un homme méchant et sinistre. Elle devait frotter le parterre et les pièces étaient gigantesques, elle devait aussi faire la vaisselle et tous les vêtements. La nuit, elle dormait dans un lit dur, dans sa chambre se trouvaient deux petites souris qui étaient ces uniques amies parce que son oncle ne lui permettait jamais de sortir. Mais le plus étrange, c’est qu’elle s’appelait Angelina.

pantallazo-2Tous les soirs, Angelo et Angelina parlaient par la fenêtre et toujours elle lui disait qu’elle voudrait partir aves lui et sa famille. Une nuit, Angelo lui a dit que ça, ce n’était pas un problème et qu’il savait ce qu’il fallait faire; ce soir-là, quand les rues furent vides, Angelo et ses frères se glissèrent au-dessous de la fenêtre d’Angelina, elle les attendait, parce qu’elle devait se cacher dans la malle pour pouvoir fuir avec Angelo. Ils coururent jusqu’à l’endroit où était le charriot. Quand le soleil se leva le lendemain matin, la famille d’Angelo était partie et Angelina avec eux.

À partir de ce moment-là, Angelina fit partie de la famille. Elle accompagnait les autres dans le chariot et tous les jours, Angelo lui donnait des leçons de danseuse de corde; au début elle tombait par terre mais au bout d’un temps elle sut réellement danser sur la corde.

Ensuite, la mère d’Angelo fit à Angelina un très beau costume de danseuse et comme ça, Angelo et angelina donnaient ensemble leur spectacle de funambules.

Tout est bien qui finit bien!

LesDanseursDeCorde

Un salut, Christine . . .